Développer son intelligence musicale pour améliorer la prononciation en langue étrangère

L’intelligence musicale, qu’est-ce que c’est ?

1509_sketchnotes_phonfle_1Illustration : croquinotes de @CindyDaupras 1509_sketchnotes_phonfle_2

girl-140569_1280

L’intelligence musicale est un concept issu de la théorie des intelligences multiples d’Howard Gardner. Hélène Weber propose une vue d’ensemble de cette théorie dans cet article de blog.

L’intelligence musicale, c’est la capacité à être sensible aux structures musicales, c’est-à-dire au rythme et à la mélodie.

C’est elle qui nous fait battre la mesure en écoutant de la musique, fredonner, (ou « headbanger » à un concert de métal ! – prononcer [ɛdbɑ̃ge], à la française).

Pour la parole, l’oralité de la langue s’appuie sur cette intelligence musicale. Par exemple, les patrons mélodiques que l’on retrouve dans certains types de discours (conte, comptines) reproduisent des formes musicales.

Les patrons mélodiques ?!? Mais si, vous connaissez la blague de toto qui doit réciter ses tables de multiplication et qui répond « J’ai l’air mais pas les paroles »… Oui ? Et bien l’air des tables de multiplications, c’est un patron mélodique. Ou encore le début d’un conte, « il était une fois… », vous l’entendez, la musique de cette expression ? C’est ça un patron mélodique.

Évidemment, on ne parle pas tout le temps avec des patrons mélodiques. N’empêche que l’intonation est importante pour :

  • se faire comprendre (Qui n’a pas désespérément attendu une réponse à une question mal intonée ?)
  • faire comprendre ses intentions (vous avez dit « Doute » ? « Ironie »?)
  • pour ne pas endormir son auditoire…

Intelligence musicale et apprentissage d’une langue étrangère

L’intelligence musicale est mobilisée lors de l’apprentissage de nouvelles langues pour saisir et reproduire les accents étrangers. En effet, saisir un accent étranger, c’est être sensible à ses sonorités particulières, à son rythme, à son système intonatif et donc à la mélodie de la langue.

Comment tester son intelligence musicale ?

Les tests de Jake Mendell permettent de tester son intelligence musicale.

Le mieux est de se munir d’un casque, de s’assurer d’avoir du temps devant soi et de s’isoler : cela demande de la concentration !

  • Le test Rhythm sert à mesurer sa capacité à discriminer des rythmes.
  • Le test Adaptive pitch sert à mesurer sa capacité à discriminer des sons d’après leur acuité (Il s’agit de dire si un son est plus aigu ou plus grave que l’autre).
  • Le test Tonedeaf sert à mesurer la capacité à reconnaître une mélodie
  • Le test AMVI ne fonctionne malheureusement pas, dommage, l’association des intelligences musicales et visuelles était prometteuse…

À la fin de chaque test, des indications nous sont données sur le taux de reconnaissance.

Aujourd’hui j’ai obtenu 72 % au test de rythme et 77,8 au test sur la mélodie. Et vous quel sera votre score ?

Ces tests constituent une bonne indication des points forts et des points faibles quant à l’intelligence musicale, et un entrainement possible.

Comment améliorer son intelligence musicale ?

Jeux, écoute

Les jeux musicaux comme ceux proposés ici ou et les comptines sont un excellent exercice pour développer cette intelligence. On peut également écouter de la musique régulièrement et tenter de reproduire les rythmes en battant la mesure ou avec l’un des logiciels suivants, par exemple.

Une solution complète, Meludia

Meludia est une application qui vise au développement de l’intelligence musicale en se basant sur l’écoute et une approche émotionnelle de la musique. La méthode se veut progressive. Elle propose donc des activités en ce sens. Une explication des éléments musicaux travaillés au niveau découverte est présentée dans cet article de blog.

  • Le rythme : intériorisation du décompte
  • La hauteur appelée ici « spatialisation » : discrimination entre un son medium et un son soit plus aigu soit plus grave
  • L’écart entre deux sons ici « stable/instable » : discrimination entre écart « harmonieux » et « dysharmonieux », la consonance et la dissonance. Cet exercice entraîne l’oreille à comparer, à distinguer la relativité entre deux sons. Il est plus émotionnel que les précédents.
  • La micro-mélodie : identification du mouvement ascendant ou descendant d’un motif mélodique
  • La densité : discrimination de la « légèreté » ou de la « lourdeur ». Il s’agit de distinguer si un seul son ou plusieurs sont joués simultanément.

Et en classe ?

Intelligence musicale et apprentissage

Le site de l’ia94 de l’académie de Créteil propose les pistes suivantes :

  • apprendre des définitions, des règles, des mots-clés sous forme rythmée ;
  • mettre des informations importantes sous forme de musique ;
  • pour apprendre un mouvement précis : le faire en se chantonnant une chanson connue ;
  • écouter différentes sortes de musique pour changer son humeur ou son état ;
  • utiliser une chanson connue et créer des nouvelles paroles ;
  • écrire une chanson, une ritournelle, un rap, un poème, pour résumer ce que l’on a appris.

Ces propositions s’appuient sur l’oralité de la langue parlée (et donc l’intelligence musicale) pour faciliter les apprentissages.

Intelligence musicale et prononciation

L’intelligence musicale est mobilisée lors de l’écoute d’une langue mais aussi lors de sa production.

Activités de perception et intelligence musicale

Les activités de perception sont la première étape vers une amélioration de la prononciation en langue étrangère : on ne peut produire que ce que l’on entend !

Les exercices de perception mobilisent l’intelligence musicale via

  • la capacité à discriminer des sons identiques ou différents,
  • la capacité à reconnaître un son parmi d’autres,
  • la capacité à reconnaître les contours mélodiques de la déclaration, de la question, de l’ordre
  • la capacité à entendre la syllabe accentuée et pour le français, les groupes rythmiques.

Meludia, une préparation aux exercices de perception

J’ai présenté lors de l’educamp « belcamp » qui a eu lieu au stage BELC d’été 2015 à Nantes l’application Meludia et l’utilisation possible des premiers niveaux « Découverte » pour développer l’oreille des enseignants d’une part, et des apprenants d’autre part. Vous pouvez réécouter cette intervention ic.

On espère que cet outil pourra se développer pour l’écoute des sons de la parole…

Activités de production et intelligence musicale

Lorsqu’on parle, on module sa voix : on fait varier le rythme, la hauteur, la force de la voix… afin d’être mieux compris.

Une prosodie variée est importante pour captiver l’interlocuteur, lui permettre d’anticiper sur ce qu’on va dire (en « découpant » et hiérarchisant son propos avec la voix), d’interpréter nos intentions, et parfois désambigüiser le propos.

Je vous propose quelques exercices pour développer son intelligence musicale en jouant avec les sonorités et les rythmes , et encore .

Ajout : je viens de trouver cette page très pertinente sur le site de la DSDEN93 de l’académie de Créteil qui propose des activités avec des comptines en lien avec les paramètres des sons (intensité – durée – timbre) pour renforcer la conscience phonologique. Utile tant en français langue maternelle qu’en français langue étrangère.

Le lien bonus : cet article d’Apprendre à l’air libre très complet sur l’intelligence musicale.

Edition du 18 février 2017

Le laboratoire Brams propose un test en ligne pour tester son oreille musicale (et en plus vous participez à la recherche !)

Bonnes découvertes musicales à vous !

Bonne écoute et bonne pratique !

Enregistrer

Collaboration graphique et visuelle avec Cindy Daupras

Du nouveau sur Phonfle : Cindy Daupras m’a gentiment proposé d’illustrer quelques articles du blog avec des sketchnotes* afin de visualiser le contenu des articles.

Voici des liens pour découvrir ses premières productions qui seront insérées dans les articles concernés :

Sketchnote Des claviers et des profs de FLE

Sketchnote Dompter l’API pour le français

Bravo et merci pour ce travail de qualité !

N’hésitez pas à la suivre sur Twitter.

 

* Sketchnote ou “croquinote” pour croquis-note : notes sous forme de croquis

Pamphone, vous avez-dit pamphone ?

      Un commentaire sur Pamphone, vous avez-dit pamphone ?

1505_sketchnotes_phonfle_4Illustration : croquinotes de @CindyDaupras

Qu’est-ce qu’un pamphone ?

On connait bien le pangramme, mais connaissez-vous le « pamphone » ?

Et oui, il s’agit d’un énoncé qui utilise pan- « tous » -phone « les phonèmes » d’un système phonologique !

Exemplessun-33384_640

Le plus connu des linguistes pour le français est le conte « La bise et le soleil ». La transcription phonémique, se trouve ici, mais saurez-vous transcrire phonétiquement ce qui a vraiment été réalisé sur le fichier son ci-dessous ?

Lors d’un stage belc, José Lisandro Sánchez-Salas m’a fait découvrir Les recettes de la tante Riboulet dont vous trouverez le texte sur sa page Scribd, et un enregistrement ci-dessous.

Pour celui-ci, pas de transcription, c’est à vous de jouer. Une bonne occasion de réviser votre maitrise de l’Alphabet Phonétique du Français, et d’utiliser les claviers phonétiques. Ou de tester le traducteur français écrit-français transcrit pour vérifier.

Attention, le traducteur proposera sans doute une traduction un peu différente de ce qui a été prononcé (les logiciels utilisent des règles de transcription phonologiques, souvent basées sur la forme « absolue » du mot, le lemme, hors contexte et sans tenir compte de l’accent du locuteur), mais comme tout outil, l’important est de comprendre le résultat et de le rectifier en connaissance de cause … tout juste comme vous le faites avec un correcteur orthographique !

Créons un pamphone

Créons un pamphone avec des contraintes (double clin d’oeil à l’Oulipo via la Désencyclopédie).

 

Contrainte 1 : utiliser tous les phonèmes du français. (Cochez dans la grille chaque fois que vous en avez utilisé un.)

Contrainte 2 : le texte doit être cohérent.

Contraintes optionnelles (pour les plus expérimentés)

 Contrainte 3 : choisissez au préalable votre style : formel, loufoque, poétique, pragmatique.

Contrainte 4 : tirez avec un dé une thématique (Par exemple 1 : faire une description physique 2 : raconter ses activités quotidiennes 3 : présentations 4 : au travail 5 : à la bibliothèque 6 : donner son avis )

NB : J’ai choisi de mettre tous les phonèmes du français même si certains tendent à disparaître en tant qu’unité dans certaines variétés du français, explications de ce choix dans un futur article de blog.

 

Phone

X

Phone

X

Phone

X

Phone

X

Phone

X

/i/

/u/

/p/

/k/

/l/

/e/

/o/

/b/

/g/

/ʁ/

/ɛ/

/ɔ/

/m/

/ŋ/

/f/

/a/

/ɑ/

/t/

/j/

/s/

/y/

/̃ɛ̃/

/d/

/ɥ/

/ʃ/

/ø/

/ ̃œ/

/n/

/w/

/v/

/œ/

/̃ɑ/

/ɲ/

/z/

/ə/

/ ̃ɔ/

/ʒ/

Exemple

Voici une proposition sous forme de dialogue :

Tom – Salut !

Manon – Salut Tom. Tu vas bien ?

Tom – Ça va, ça va, et toi ?

Manon – Un peu fatiguée. Je me suis couchée tard cette nuit.

Tom. – Ah bon ? Tu fais des insomnies ? Tu n’arrives pas à dormir ?

Manon – Non, non. C’est pas ça. J’étais chez ma sœur. Tu savais qu’elle a déménagé ?

Tom – Non, tu ne me l’avais pas dit. Elle habite où ?

Manon – À la campagne. À Chevreuse. Tu connais ?

Tom – Non. J’en ai jamais entendu parler. C’est en région parisienne ?

Manon – Oui, dans le 78, pas loin de Versailles. Enfin bref, j’suis crevée ce matin.

Tom – Bon bah, repose-toi bien alors. À mercredi, au judo.

Manon – Oui ok, à mercredi, salut !

Exploitation pédagogique : évaluer la prononciation

Le pamphone est fort utile pour l’évaluation de la prononciation des sons du français. Il permet d’évaluer avec un corpus certes fabriqué mais plus signifiant qu’une simple liste de mots les besoins en correction phonétique.

Il faudra toutefois faire attention à ce que le texte soit d’un niveau approprié au lecteur francophone en herbe, et à ce que celui-ci soit entrainé à la tâche de lecture à voix haute. Vous pouvez réutiliser la même grille et noter les phones produits « correctement », c’est-à-dire reconnaissables par un locuteur francophone.

 

Joyeuses créations à vous, et bonnes évaluations de vos apprenants !